Cycle « Les hommes qui ont fait 1945 »

Par 24 juin 2015Archives

Cycle de rencontres et conférences Les hommes qui ont fait 1945

Mai à août 2015

A l’occasion du 70e anniversaire de la Libération, le Lieu de Mémoire propose un cycle de rencontres et de conférences autour des « hommes qui ont fait 1945 ».

Ce cycle s’est ouvert le 9 mai avec la projection du film tourné au Chambon le 8 mai 1945 par Roger Darcissac. La projection était commentée par Gérard Bollon qui a éclairé la connaissance de cette période.

 Les autres rendez-vous de ce cycle :

– Samedi 27 juin à 18h30 : Rencontre avec Hélène Mouchard-Zay, Présidente du CERCIL, qui reviendra sur le parcours de son père, Jean Zay, ministre de Léon Blum et victime de Vichy, assassiné par la milice le 20 Juin 1944. Une personnalité marquée par une double culture protestante et juive dont les idées auront contribué aux politiques éducatives et culturelles  mises en place à partir de 1945. Elle évoquera son Journal Souvenirs et Solitude écrit en prison à Riom et la publication d’extraits de sa correspondance et de ses carnets de prison : Ecrits de prison 1940-1944.

Conférence suivie d’un moment dédicace dans le hall du Lieu de Mémoire / Rencontre organisée en collaboration avec la librairie Tison

– Samedi 11 juillet à 18h30 : Conférence de François Boulet, historien = André Philip : de la Montagne-refuge protestante à l’entourage du Général de Gaulle. En 1940-1942, André Philip, résidant sur la Montagne-refuge au Chambon, développe son réseau de liens avec des Résistants locaux et régionaux sous la forme d’une résistance spirituelle active. Arrivé à Londres fin juillet 1942, Philip devient un important responsable de la France Libre et une amitié fidèle avec le général de Gaulle naît, avec des hauts et des bas cependant, jusqu’à sa mort en 1970. Ces deux rencontres d’André Philip, avec la Montagne-refuge du Chambon-sur-Lignon et avec Charles de Gaulle, sont essentielles dans sa vie pour ce chrétien engagé, protestant, socialiste et « gaulliste » à sa façon.

Vendredi 31 juillet à 18h30 : Conférence de Loïc Philip, professeur émérite à l’Université de droit d’Aix-en-Provence, fils d’André Philip = André Philip, un homme d’État de la Résistance au début de la IVe République. La première venue d’André Philip au Chambon date de 1933 lorsqu’il a organisé, avec Théodore de Félice, le 6ème Congrès de la fédération du christianisme social consacré à la restauration économique du monde. À l’époque, il résidait à Lyon où il a été élu député en 1936. Mais, après son vote contre les pleins pouvoirs accordés à Pétain le 10 juillet 1940 (avec 80 autres parlementaires), il entre dans la Résistance et il juge plus prudent de se réfugier avec sa femme et ses cinq enfants au Chambon. En 1941, ceux-ci partiront aux Etats-Unis. En 1942 il a manqué être arrêté et il quitte le Chambon pour rejoindre de Gaulle à Londres puis à Alger tandis que sa femme organise le passage en Suisse d’enfants juifs. À la Libération, en 1944, il s’installe de nouveau au Chambon avec sa famille jusqu’en 1946. Pendant cette période il est membre de l’assemblée constituante et préside la Commission chargée de rédiger le projet de Constitution puis réélu député du de Lyon. Après le départ du général de Gaulle en janvier 1946 il entre au gouvernement comme Ministre des finances puis comme Ministre de l’économie nationale. Il crée les maisons des jeunes et de la culture qu’il présidera jusqu’en 1968 et milite activement en faveur de la création de l’Europe notamment en présidant le mouvement socialiste pour les Etats unis de l’Europe.

Vendredi 21 août à 18h30 : Conférence de Patrick Cabanel, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-Le Mirail = Les protestants en politiques de 1945 à nos jours. Les protestants français ont une forte tradition d’ancrage politique à gauche. Ils ont accompagné la républicanisation et la laïcisation de la France depuis le milieu du XIXe siècle et leurs terroirs méridionaux, du Gard à la Drôme, proposent en 1945 le spectacle assez exceptionnel de noces entre protestantisme et communisme. Lorsque la droite domine le pays, comme sous la Ve République avant 1981, ils se trouvent donc dans l’opposition, à l’image d’un André Philip ou d’un Gaston Defferre (et à l’exception d’un Maurice Couve de Murville…). Mais en 1981 s’impose une puissante génération de ministres socialistes d’origine protestante dont il convient d’expliciter l’énigme qu’elle représente, un siècle après une autre génération décisive, celle qui a oeuvré, auprès d’un Jules Ferry, à la mise en place de la République laïque. Dans les décennies les plus récentes, le lien entre protestantisme et gauche s’est affaibli, et l’on dira pourquoi; quant à la montée du vote pour le Front national dans de vieilles régions « protestantes », comme la Vaunage et le piémont cévenol, dans le Gard, il conviendra également de l’analyser.

Les intervenants :

Gérard BOLLON, professeur d’histoire puis professeur-documentaliste au Chambon-sur-Lignon, est l’auteur de multiples travaux sur le Plateau Vivarais-Lignon et sa tradition d’accueil et de refuge du XVIIIème siècle à nos jours. Il a publié notamment, aux Éditions Dolmazon, Les villages sur la Montagne (1998) et Paroles de réfugiés, paroles de justes (2010).

François BOULET, agrégé et docteur en histoire, enseignant au Lycée International de Saint-Germain-en-Laye et président de la Fédération des Sociétés historiques des Yvelines, a publié notamment Les montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis, Presses universitaires du Septentrion, 1999 ; L’état d’esprit en Haute-Loire 1940-1944 : des refuges aux maquis, Cahiers de la Haute-Loire, Société d’Histoire de la Montagne, 2003 ; Histoire de la Montagne-refuge. Aux limites de la Haute-Loire et de l’Ardèche, Polignac, Roure, 2008.

Loïc PHILIP est né en 1932, docteur en droit en 1960, il obtient plusieurs postes à l’Université avant de faire l’essentiel de sa carrière comme professeur de droit à la faculté d’Aix-en-Provence où il a été directeur de l’institut supérieur d’études comptable. Lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques (2000), il a publié de nombreux ouvrages dans son domaine ainsi qu’une biographie très documentée sur son père André Philip (1988, Beauchesne).

Patrick CABANEL est professeur d’histoire contemporaine à l’EPHE à Paris et directeur de la revue Diasporas. Histoire et sociétés. Il a publié notamment Chère Mademoiselle… Alice Ferrières et les enfants de Murat, 1941-1944, Calmann-Lévy, 2010, Histoire des Justes en France, Armand Colin, 2012, Résister. Voix protestantes, Alcide, 2012, Histoire des protestants en France, XVIe-XXIe siècle, Fayard, 2012. Membre du Conseil scientifique du Lieu de Mémoire, il a co-dirigé La Montagne refuge chez Albin Michel.

 

Commenter