Enfants d’ici, enfants d’ailleurs – Photographies de Marc Riboud 6 juillet / 30 août 2015

Par 2 juillet 2015Archives

Enfants d’ici, enfants d’ailleurs

Photographies de Marc Riboud

Exposition du 6 juillet au 30 août 2015

 « Souvent encore je me dis qu’il faudrait voir et découvrir le monde avec l’étonnement d’un enfant »

Marc Riboud, dans Marc Riboud, 1989
Afrique du Sud, 1998 / ©Marc Riboud

Afrique du Sud, 1998 / ©Marc Riboud

 

Le Lieu de Mémoire accueille 34 photographies de Marc Riboud. Des photographies d’enfants que Marc Riboud, l’un des plus grands photographes français contemporains, a glanées tout au long de ses pérégrinations  pendant plus de cinq décennies. « Je ne suis pas un globe-trotter… » dit-il, « mais un flâneur qui aime photographier le plus intensément possible la vie la plus intense » (1), accordant une grande importance à « l’instinct de l’instant »,  en écho à « l’instant décisif » de son mentor et ami, Henri Cartier-Bresson.

Et c’est ainsi que se sont retrouvés dans son viseur tous ces enfants rencontrés en Angleterre, sur les routes qui le mènent vers l’Orient au milieu des années 50, en Chine, pays qui lui est devenu si familier, en Afrique et ailleurs.

Une exposition exceptionnelle au Chambon-sur-Lignon, quand  on sait que les photographies de Marc Riboud sont présentées dans les plus grands musées et galeries du monde, actuellement à Kyoto au Japon, à la galerie Polka à Paris, à Zagreb, à Shangaï et récemment au Rubin Museum de New York.

Au Lieu de Mémoire, témoin privilégié de l’histoire de l’accueil et du sauvetage de centaines d’enfants juifs soustraits à la barbarie nazie, rien n’a paru plus évident que que d’exposer ces photos d’enfants prises ici et ailleurs par Marc  Riboud , et qui font écho à la forte empreinte de l’enfance dans l’histoire de nos hautes terres cévenoles.

 (1) Marc Riboud, entretien avec Annick Cojean, « Je ne serais pas arrivé là si… », Le Monde Magazine, 16 janvier 2010,

 Télécharger le dossier de presse de l’exposition :Enfants d’ici, enfants d’ailleurs

 « On rencontre beaucoup d’enfants dans les photographies de Marc Riboud et très souvent, Marc Riboud les saisit pendant qu’ils regardent.(…) Presque tous ces enfants sont des « regardeurs » comme si Marc Riboud retrouvait chez eux cette curiosité, cet étonnement, ce goût des surprises visuelles qui a été un des grands moteurs et une des plus grandes joies de sa vie.(…) Et le petit Chinois qui photographie Marc Riboud avec ses doigts, transforme Marc en arroseur arrosé. » Catherine Riboud

 


 

Commenter