Appel à témoignages – Exposition Maisons d’enfants 2016

Par 12 septembre 2014juillet 12th, 2017Archives

Rejoindre la discussion 12 Commentaires

  • Fernandez Irène dit :

    Mon frère Dominique Fernandez et moi-même avons séjourné à la maison d’enfants « Les pins », dirigée par monsieur et madame Barbier-Comte, de 1937 à 1939. Nous n’avons que de bons souvenirs de cette maison, où même des enfants très jeunes et éloignés de leur famille pouvaient être heureux. Nous étions convalescents, et madame Barbier nous a soignés avec un dévouement affectueux que je n’ai jamais oublié et auquel je voudrais ici rendre hommage. Je n’ai jamais oublié non plus les leçons de latin et de gymnastique du pasteur Theis, et la controverse qu’il avait avec ma mère sur la prononciation du dit latin !

    • Rocher dit :

      Madame,

      J´ai lu, ce soir, votre commentaire, qui me touche particulièrement. En effet Monsieur et Madame Barbier-Comte sont mes arrière-grands-parents! Vous et votre frère avez peut être également côtoyés ma grand-mère, à l’époque Mademoiselle Françoise Barbier, par la suite épouse Veillith, ou ses sœurs? Quoi qu’il en soit, je ne manquerai pas de porter à sa connaissance votre témoignage, qu’elle appréciera assurément.

      Bien cordialement.

      B. Rocher.

  • Mahoudeau-Campoyer Nicolas dit :

    Mon frère jumeau et moi avons passé 2 ans a la maison d’enfants Les Pins dirigée par Mme et Mr Veillith Barbier . Nous les appelions Tante Françoise et Oncle Remon. Nous y avons été tellement heureux entoures d’à peu prés une quinzaine d’autres enfants : Davy, Vladimir, Patrick, Richard, Samuel et tout les autres. Le weekend Florence et Dominique (leur filles) venaient égayer nos weekend . Les plus belles années de mon enfance avec une vie saine, une éducation sans pareille et surtout beaucoup d’amour .

    • Lieu de Mémoire dit :

      Bonjour,
      nous vous remercions pour votre témoignage. Vous souvenez-vous des dates de ces deux années ?
      Nous sommes heureux de découvrir vos souvenirs.
      Bien cordialement.

      L’équipe du Lieu de Mémoire

      • Pierre Bois dit :

        Bonjour
        Je tombe par hasard sur votre forum. J’ai également passé un an (le CM2) aux Pins durant l’année 1964-1965. Je me souviens bien de leurs filles Dominique et Florence, elles étaient déjà au collège cévenol à cette époque. Je garde des souvenirs de ski de fond au Mézenc, des cabanes de genêts que nous construisions dans le bois derrière la maison, de la petite loi camionnette ou nous nous entassions le dimanche matin pour aller a l’école du dimanche avec nos 50 centimes dans la poche pour la quête, songeant déjà au morceau de guimauve que nous achèterions en passant devant la boulangerie avec le reste de notre argent de poche de la semaine, de la côte qu’il fallait vaillamment remonter au retour de l’école communale, et de la grande salle où nous faisions nos devoirs le soir. Après une enfance passée à l’étranger, ç’a été une formidable réadaptation à la France avant mon entrée au lycée à Paris.

    • Eric jacquier dit :

      M. Rocher, j’ai passé plusieurs séjours merveilleux, été et hiver aux Pins dans les années 60. Pour les garçons les chambres s’appelaient les joyeux canetons, Guillaume Tell, les trois mousquetaires, en ordre de séniorité. Il y avait aussi les Gastons! On faisait des longues promenades et on ramenait des pleins seaux d’airelles qui se transformaient en tartes au dîner. Excursions au Lisieux, au Meyzenc, ski l’hiver. Un car emmenait les enfants de Saint Étienne. Je me rappelle du voyage en hiver qui commençait avec peu de neige et tout était tapissé de blanc quand on arrivait. Il y avait aussi les mystérieux rivaux de Vertbois, une jolie maison sur la route En face d’un étang, un peu avant d’arriver aux Pins. La distribution du courrier était un vrai rituel, Tante Françoise était partout et tellement gentille, oncle Raymond très gentil et un peu plus lointain avec son aura d’astronome. Je suis passé récemment en me demandant ce qui était arrivé à toutes ces maisons. Le Chambon appartenait aux enfants! Ce qui est étonnant est que je n’ai appris ce qui s’était passé qu’au debut des années 90.
      E. jacquier

    • Vigna dit :

      Bonjour

      J’ai passé toute mon enfance chaque année aux Pins avec Tante Françoise et Oncle Raymond. J’en ai gardé des souvenirs merveilleux. Il y avait le concours des 100 sucettes que je n’ai jamais réussi à gagner : il fallait pour cela battre Oncle Raymond au Ping Pong. Il y avait le Pétrin ou on mettait les bonbons qu’on allait acheter chaque semaine au Bon Accueil, un magasin situé en bas du village. Tante Françoise jetait les bonbons aux enfants, depuis le perron de l’entrée juste après la distribution du courrier. Il y avait les noms des chambres (je me souviens de Jolly Jumper). On allait cueillir les myrtilles dans la forêt pour en faire des tartes. On faisait des cabanes en haut du jardin. On traversait à pied une forêt et un ruisseau pour aller à la clairière jouer et pique niquer. Je crois qu’il y a maintenant une route goudronnée à la place. Il y avait le pas volant dans le jardin. Florence et Dominique, les filles de Tante Françoise, jouaient avec nous au ballon prisonnier. Je me souviens des ballades d’une journée en haut du Mezenc ou du Mont Gerbier de Jonc. Cela a maintenant 50 ans et c’est pour moi comme si c’était hier. Encore merci à cette merveilleuse famille qui nous a tant donné.

    • MAHOUDEAU CAMPOYER dit :

      Je retrouve site et votre question. Mon frère Fabrice et moi étions aux Pins en 1974-75-76. Nous étions à peu près 18 enfants filles et garçons. Certains noms me reviennent comme Patrick Reboule, les frères Germain, Vladimir, Richard , Delphine, Davy, Cyril et Isabelle, etc,
      Nous étions une très bonne bande et Tante Francoise, Oncle Remon , Florence et Dominique remplaçaient de façon exemplaire nos parents. Nous étions tout simplement très heureux et nous nous sentions chez nous.
      En ce qui me concerne que de bons souvenirs et la région tellement belle. J’ai écris longtemps à tante Francoise avant de perdre son adresse lors d’un déménagement.
      Je suis repasse au Chambon sur Lignon, j’ai cu que les Pins était devenue une maison privée et que des constructions entouraient maintenant la maison . Le collège Cevenol est maintenant fermé .

  • Vidal Frédéric dit :

    Frédéric Vidal,.Christophe,.Anne_Laurence.
    Nous y avons passés des années essentielles , avec beaucoup d’amours.
    Les Pins .,ses vélos , ses skis.sa 4L ,le mont Mezenc et les champs damés pour notre apprentissage de skieurs..et puis la piste du camps des Aigles ..avec sa descente de luges en wagonnets..c’etait vraiment bien. La patience de tante Francoise pour nos applications au travail..,la distribution du courrier sur le perron et les bonbons.
    Au primtemps au retour de l’ecole ,pour le gouter , nous étions sous les pins avec nos tartines de confitures a prendre notre temps de pose… et oncle Raymond la téte dans les étoiles dans son cabanon publiais la premiere revue d’ufologie. « Lumieres dans la nuits « 

  • Christine Guyonneau dit :

    Bonjour,

    En 1953, j’ai passé un mois à la maison Les Pins, après la mort de mon petit frère. J’avais 5 ans. Je me souviens de Tante Françoise qui m’emmenait au village sur son vélo. Un jour, je me suis pris le pied dans la roue, et cela faisait très mal. Je me souviens encore comme je pleurais. L’autre souvenir que j’ai est plus drôle. Le soir, les fenêtres étaient ouvertes, et il y avait des papillons de nuit qui survolaient au-dessus de la table. Un soir, on nous a servi des pâtes. Dans mon assiette, il y avait des choses noires que je ne connaissais pas. J’ai demandé à mon voisin ce que c’était. Il m’a montré les papillons et m’a dit qu’un ou deux étaient tombés dans mon assiette. J’ai commencé à pleurer, et une dame est venue me dire que c’était des champignons !!!
    Je regrettte de ne pas avoir de photos.

  • Thibault Navatte dit :

    Bonjour,
    j’ai séjourné aux Pins, ainsi que mes 2 frères, au mois de juillet 1976 (je me souviens de Tante Françoise qui nous annonçait la fin de la canicule), et probablement l’année précédente. Je vais passer pas loin du Chambon dans quelques jours et je tente de retrouver l’endroit, je suis tombé sur votre site en cherchant sur Internet. Côté souvenirs, tante Françoise bien sûr, oncle Raymond qu’on voyait peu, les filles Florence et Dominique, le chien (If je crois son nom), la chambre des Mousquetaires, les ateliers travaux manuels (lampe en raphia, etc.) les balles au prisonnier, le concours de cabanes en genêts, le concours de babyfoot. Il y avait les punitions aussi, seau à remplir de babets/pommes de pins, un peu de savon sur la langue pour un mot grossier prononcé (autre époque 🙂 ). La distribution de courrier, avec certains qui recevaient des colis de bonbons de leurs parents (jalousie…), l’appel au rassemblement avec la chanson Pomme de pins, pomme de pins, …, beaucoup de bons souvenirs. Ah oui j’oubliais la cueillette des myrtilles, et j’ai appris malgré moi qu’il ne faut pas les manger en les cueillant, sauf à avoir des toilettes à proximité.

    • Lieu de Mémoire dit :

      Bonjour,
      merci pour votre témoignage. L’équipe du Lieu de Mémoire se tient à votre disposition si vous avez besoin d’aide lors de votre venue.
      A bientôt

Laisser un commentaire